Home Accueil CAMBODGE – POLITIQUE: L’opposant Sam Rainsy dénonce la répression au Cambodge

CAMBODGE – POLITIQUE: L’opposant Sam Rainsy dénonce la répression au Cambodge

Journaliste : Redaction
La source : Gavroche
Date de publication : December 17, 2018
0

Dans les colonnes du Gavroche, le leader en exil de l’opposition Cambodgienne, Sam Rainsy, dénonce le durcissement de la répression au Cambodge et «l’insulte faite à la communauté internationale» par les différentes mesures répressives récemment adoptées.

 

Nous publions ici le dernier appel lancé par Sam Rainsy, le principal opposant cambodgien aujourd’hui en exil en France:

 

« Face à une pression internationale croissante visant à faire rétablir la démocratie au Cambodge, le premier ministre Hun Sen n’a rien trouvé de mieux que d’adopter de nouvelles mesures pour neutraliser les derniers éléments de l’opposition et rendre le rétablissement de la démocratie encore plus difficile.

 

C’est une véritable insulte à la communauté internationale, notamment l’Union Européenne qui menace le régime de Phnom Penh de sanctions commerciales si Hun Sen n’annule pas les mesures de répression prises depuis 2017, notamment la dissolution du seul parti d’opposition représenté à l’Assemblée nationale, le Parti du Salut National (PSN).

 

Parmi les nouvelles mesures de répression, Hun Sen a fait adopter ce 13 décembre un amendement à la Loi sur les Partis politiques qui punit de deux ans et demi de prison les 118 anciens dirigeants du PSN qui ne demanderaient pas auprès de lui – par un véritable acte de soumission – le rétablissement de leurs droits politiques alors que les intéressés avaient été bannis de la vie politique au moment de la dissolution de leur parti par la Cour Suprême le 16 novembre 2017.

 

C’est Staline et Kafka réunis (*).

 

Par cette réhabilitation sélective, conditionnelle et surveillée de ses opposants politiques Hun Sen poursuit deux objectifs: tromper la vigilance de la communauté internationale et diviser voire casser définitivement le PSN dont le président, Kem Sokha, est détenu en résidence surveillée et les dirigeants les plus actifs contraints à l’exil».

 

Sam Rainsy
Co-fondateur, ancien Président et Président par intérim du Parti du salut national

 

Réagissez, commentez, corrigez sur redaction@gavroche-thailande.com

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus