Home Accueil HONG KONG – POLITIQUE: Elections locales repoussées, étudiants arrêtés, loi chinoise imposée

HONG KONG – POLITIQUE: Elections locales repoussées, étudiants arrêtés, loi chinoise imposée

Journaliste : Redaction
La source : Gavroche
Date de publication : July 31, 2020
0

Les effets de la loi chinoise sur la sécurité nationale se font sentir de manière toujours plus drastique à Hong Kong, quelques semaines après son adoption par le parlement de Pékin. Alors que les élections législatives sur le territoire normalement prévues en septembre vont sans doute être reportées pour cause de Covid 19 – ce qui permettra d’éviter une éventuelle défaite frontale des candidats pro-Pékin – des étudiants de Hong Kong ont fait l’objet ces jours-ci de premières arrestations en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité.

 

La police de Hong Kong a arrêté mercredi 29 juillet quatre étudiants, dont la plus jeune n’a que 16 ans, pour des infractions présumées à la nouvelle loi sur la sécurité nationale de la ville. C’est la première fois que de telles détentions ont lieu en dehors des manifestations de rue depuis l’entrée en vigueur de la législation il y a un mois.

 

Lors d’une conférence de presse tenue peu avant minuit mercredi, un porte-parole de la police a déclaré que les trois hommes et une femme, tous étudiants, étaient soupçonnés d’être impliqués dans un groupe en ligne qui s’est engagé à utiliser tous les moyens pour lutter pour un Hong Kong indépendant.

 

“Nous avons été arrêtés pour … subversion, organisation et incitation à la sécession”, a déclaré Li Kwai-wah, directeur de la police au département de la sécurité nationale de Hong Kong.

 

“Ils voulaient unir tous les groupes indépendants de Hong Kong pour promouvoir l’indépendance de Hong Kong”.

 

La Chine considère que Hong Kong est une partie “inaliénable” du pays. Les appels à l’indépendance sont donc un anathème pour les dirigeants du parti communiste.

 

Abus flagrant

 

Pékin a imposé la loi de sécurité nationale sur le territoire de la ville semi-autonome à la veille du 1er juillet, date à laquelle elle marque traditionnellement la rétrocession de la Grande-Bretagne en 1997. Dans le cadre de ce qu’on appelle “Un pays, deux systèmes”, la Chine est censée garantir les libertés et le mode de vie de Hong Kong pendant au moins 50 ans.

 

Pékin affirme que la loi de sécurité nationale est nécessaire pour mettre fin aux troubles et rétablir la stabilité – et prétend qu’elle n’affectera pas les libertés politiques des gens.

 

Human Rights Watch a condamné les arrestations

 

Human Rights Watch a condamné les arrestations et a exhorté les gouvernements à imposer des sanctions ciblées à Hong Kong et aux fonctionnaires chinois responsables de la nouvelle loi.

 

“L’utilisation abusive de cette loi draconienne montre clairement que le but est de faire taire les dissidents, et non de protéger la sécurité nationale”, a déclaré Sophie Richardson, directrice pour la Chine de Human Rights Watch.

 

Les autorités de Pékin et de Hong Kong affirment que la loi ne sera utilisée que pour cibler une minorité de “fauteurs de troubles”.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus