Home Accueil LE CAMBODGE EN 2019: Hun Sen ridiculise la démocratie

LE CAMBODGE EN 2019: Hun Sen ridiculise la démocratie

Journaliste : Redaction
La source : Gavroche
Date de publication : December 31, 2018
0

L’année 2019 ne sera certainement pas celle d’une quelconque démocratisation au Cambodge. A la veille de franchir le seuil d’une nouvelle année, le premier ministre Hun Sen, en uniforme de général cinq étoiles, s’est livré le 28 décembre à une violente diatribe contre la démocratie et les états occidentaux qui ont, dans les années 70, soutenus les Khmers Rouges Maoïstes en exil (dont il faisait initialement partie, avant de déserter) contre le Vietnam intervenu militaire en janvier 1979 pour en finir avec la régime génocidaire de Pol Pot.

 

L’homme fort cambodgien Hun Sen tire à boulets rouges sur les pays démocratiques à la veille de 2019.

 

En grand uniforme de général cinq étoiles, le premier ministre âgé de 66 ans, au pouvoir depuis plus de trente ans, a critiqué ces derniers de pousser «la démocratie et les droits de l’homme» dans son pays.

 

Hun Sen a fortement orienté le Cambodge vers la Chine ces dernières années en échange de sa fondation généreuse pour l’infrastructure et de peu de plaintes en matière de droits de l’homme.

 

Son gouvernement, son parti populaire cambodgien, a remporté un autre mandat de cinq ans en juillet, à la suite d’élections condamnées comme un simulacre, l’Union européenne menaçant de révoquer l’accès en franchise des produits cambodgiens.

 

Le Cambodge est désormais un État à parti unique, le PPC détenant les 125 sièges au parlement, après la dissolution du principal parti d’opposition par la Cour suprême.

 

« Ne faites pas la guerre en utilisant ce que l’on appelle la démocratie et les droits de l’homme, dans lesquels les pays démocratiques commettaient l’erreur de soutenir le coup de force de Lon Nol », a déclaré Hun Sen, en référence au coup d’État de 1970 qui avait évincé du pouvoir le prince Sihanouk, forcé à l’exil.

 

Soutenu par les États-Unis, le régime du Maréchal Lon Nol qui s’installa à Phnom Penh s’avéra incapable de freiner l’avancée des communistes Khmers rouges qui s’emparèrent de Phnom Penh le 17 avril 1975.

 

Un effroyable génocide avait suivi, sous le régime dictatorial et paranoïaque de Pol Pot. De 1975 à 1979, presque tous les intellectuels furent tués ou contraints à l’exil dans des conditions effroyables.

 

Réagissez, commentez, corrigez sur redaction@gavroche-thailande.com

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus