Home Accueil HONG KONG – FINANCE: Les banques internationales veulent d’abord des fortunes «prochinoises»

HONG KONG – FINANCE: Les banques internationales veulent d’abord des fortunes «prochinoises»

Journaliste : Redaction
La source : Gavroche
Date de publication : July 24, 2020
0

L‘inquiétude est grandissante dans les milieux financiers de Hong Kong compte tenu des exigences des autorités chinoises. La plupart des banques internationales installées sur le territoire doivent désormais trier leurs clients en fonction de leurs liens supposés, ou non, avec le camp pro-démocratie et anti-Pékin. Motif: la peur pour ces établissements d’enfreindre la nouvelle loi sur la sécurité nationale.

 

Vous avez beau être riche, votre fortune ne suffit plus à être accepté par les banques basées à Hong Kong. Les gestionnaires de fortune mondiaux doivent désormais s’assurer que si leurs clients à Hong Kong ont, ou non, des liens avec le mouvement pro-démocratie, afin d’éviter de se retrouver dans le collimateur de la nouvelle loi chinoise sur la sécurité nationale.

 

Selon des informations concordantes publiées par l’agence Bloomberg, les banquiers de Credit Suisse Group AG, HSBC Holdings Plc, Julius Baer Gruppe AG et UBS Group AG redoublent de surveillance dans le cadre de leurs programmes qui contrôlent les liens politiques et gouvernementaux de leurs clients et les soumettent à des exigences de diligence supplémentaires, ont déclaré ces personnes.

 

Cette désignation, appelée “personnes politiquement exposées” est utilisée en Europe pour désigner les clients qui ont des liens avec tel ou tel force politique. Il en va donc désormais de même à Hong Kong où les gestionnaires de fortune passent au peigne fin les commentaires faits par les clients et leurs associés en public et dans les médias, ainsi que les messages des médias sociaux sur leurs clients. La nouvelle loi interdit ce que Pékin décrit en gros comme la sécession, la subversion, le terrorisme et la collusion avec des forces étrangères, avec une peine pouvant aller jusqu’à la prison à vie pour les contrevenants.

 

L’audit de ces clients peut remonter jusqu’en 2014 dans certains cas pour évaluer la position politique d’un client depuis le mouvement “parapluie” pro-démocratie de Hong Kong en 2014.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus